Archives du blog

CONCOURS NATIONAL DES LYCÉENS CORÉENS FRANCOPHONES

La 5édition du Concours national des lycéens coréens francophones se tiendra à l’Université Ajou le 26 novembre prochain. Il se déroulera de 9h30 à 17h dans la salle 508 du bâtiment Jonghab.

Destiné à tous les lycéens francophiles, ce concours a pour thème cette année « mon tableau préféré ».

Lors de cette journée, les quatre-vingt-cinq présentations déjà inscrites seront départagées par plusieurs jurys qui devront déterminer quelles ont été les prestations les plus éloquentes, afin de récompenser les étudiant(e)s les plus méritant(e)s.

Publicités

SPÉCIFICITÉ CULTURELLE DES APPRENANTS CORÉENS

Vous pouvez télécharger ici l’article de Lee-Le Neindre Bouriane, « Spécificité culturelle des apprenants coréens et perspectives didactiques dans l’enseignement des langues et des cultures étrangères » , Études de linguistique appliquée, 2002/2 no 126, pp. 157-167.

Résumé : Les attitudes et les comportements des apprenants asiatiques sont
en relation étroite avec la culture dont ces derniers sont originaires et ils
traduisent l’ensemble des codes culturels et des systèmes de valeurs sociales
de cette civilisation. Le but de notre recherche est de problématiser les
données comportementales des apprenants et des enseignants coréens, de
tenter de les expliciter à la lumière des normes et des valeurs sociales de la
société, et d’entrevoir les composantes possibles d’une approche adaptée qui
tienne compte de la particularité culturelle des apprenants dans une perspective
d’un enseignement et apprentissage « contextualisé ». Pour cela, dans
un premier temps, nous allons, après une évocation rapide de la spécificité
de la mentalité asiatique à la lumière de l’enseignement confucianiste, étudier
les points suivants : le comportement langagier des apprenants coréen ; les
rôles et les fonctions du paraverbal dans la communication à la coréenne ; les
relations au savoir, au savoir-faire, au groupe, avec le maître. Puis nous
proposerons quelques conseils pour une approche adaptée au contexte
culturel de ce type d’apprenants.

Source : http://www.cairn.info/revue-ela-2002-2-page-157.htm

 

Le Visa « Vacances-Travail »

Voici une initiative diplomatique qui devrait intéresser quelques uns de nos étudiants.

Depuis 2009, le visa « Vacances-Travail » permet aux jeunes coréens de découvrir la France de l’intérieur (et vice-versa)

Tout d’abord, voici un tableau comparatif (en français et en coréen) du visa « Vacances-Travail » et du Visa « Étudiant » que la France propose aux Coréens. Ce tableau est fourni par l’Ambassade de France à Séoul et il est téléchargeable depuis la page (en coréen) du site de l’Ambassade de France à Séoul qui présente les différents types de visa offerts aux Coréens. Cette liste est disponible en version PDF ici.

Pour les plus curieux d’entre nous, voici la version officielle du décret définissant le Visa Vacances-Travail. La version PDF est téléchargeable ici.

Financer son séjour

Le Visa Vacances Travail (VVT en français) ou Working Holiday Visa (WHV en anglais) permet aux jeunes de 18 à 30 ans de passer jusqu’à 1 an en France en associant tourisme et travail rémunéré pour financer une partie du voyage.

Ce système est particulièrement intéressant pour tous les jeunes qui souhaitent prolonger leur séjour (le visa de tourisme est limité à 3 mois et n’autorise pas le travail),  se perfectionner en français ou obtenir une expérience professionnelle en France, le tout sans se ruiner ! On peut allier tourisme, découverte de la culture et travail afin de compléter ses moyens financiers.

Qui peut en bénéficier ?

Pour bénéficier de ce programme, il faut :

–         être âgé de 18 à 30 ans

–         être titulaire d’un passeport en cours de validité

–         être célibataire ou marié sans enfant

–         ne pas avoir déjà bénéficié du VVT auparavant

–         être hors de France au moment de la demande de VVT

–         remplir une déclaration pour affirmer que

o       vous voyagerez en France dans le cadre de vos vacances

o       vous ne suivrez pas d’études en France pendant plus de 4 mois

o       vous quitterez la France avant la durée maximale autorisée de 1 an

Il pourra également être demandé un billet de retour ou la preuve que les ressources sont suffisantes pour l’acheter.

Il est également conseillé de souscrire à une assurance.

Quel type de travail ?

En principe, tout type de travail est autorisé à condition de ne pas dépasser la limite de 6 mois chez le même employeur.

Il peut s’agir aussi bien d’emplois qualifiés que non qualifiés (« arbeit » en konglish inspiré par l’allemand…) mais il faut savoir qu’il est plus facile de trouver des emplois saisonniers ou temporaires ; les métiers de l’hôtellerie et de la restauration sont les plus répandus. En automne, à l’époque des vendanges, il est très facile de trouver du travail chez les vignerons. Un travail parfois pénible mais qui permet de vivre une expérience authentique au cœur de la culture viticole française.

Il est assez facile de trouver un emploi dans les domaines suivants :

–         travaux agricoles et vendanges

–         restauration et hôtellerie

–         manutention dans les usines ou dans les entrepôts

–         récolte des fruits en été

–         chantier de construction

–         vente en magasins, dans les supermarchés et sur les marchés en extérieur

–         festivals culturels et musicaux pendant l’été

–         aide à domicile (jardinage, baby sitting, bricolage, assistance aux personnes âgées, aux handicapés…)

Conseils

–         Essayer de trouver un emploi en rapport avec un projet professionnel

–         Prévoir un budget suffisant en arrivant pour organiser le logement et trouver un travail. Compter environ deux ou trois semaines.

–         Essayer de gagner du temps en commençant les recherches avant de partir, grâce à Internet.

–         Prendre contact avec l’ambassade de France à Séoul pour confirmer les conditions d’obtention du Visa et faire la demande officielle

–         Contacter un professeur français qui travaille en Corée pour obtenir de l’aide

Il est évidemment recommandé d’avoir quelques bases de français avant de partir mais l’anglais peut être suffisant dans les métiers liés au tourisme.

La rémunération

En France, depuis le 1er janvier 2011, la valeur du SMIC brut est de 9,00 € par heure soit, pour un travail à temps plein de 151,67 heures par mois, 1365 € brut mensuel, donc 1073 € net (environ 1 600 000 KRW)

La durée du travail est généralement de 35 heures par semaine. Ce salaire permet de louer un studio, de se nourrir et de faire quelques sorties peu chères mais il ne sera pas possible d’économiser de l’argent…

Par où commencer ?

Ambassade de France en Corée : http://ambafrance-kr.org/

Pour trouver du travail, on peut regarder les annonces sur le site Internet de l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE : www.anpe.fr ) Pour affiner la recherche, il est recommandé de contacter un expatrié français vivant en Corée.

Les professeurs français dans les Alliances Françaises et les départements de français des universités coréennes peuvent évidemment apporter de nombreuses informations aux coréens intéressés par le VVT.

La Maison des Français de l’Étranger possède quelques informations complémentaires. Document PDF téléchargeable ici.

Le site de l’Ambassade de la République de Corée à Paris propose aussi une description du VVT pour les candidats français. Dans ce document PDF, vous trouverez également des informations concernant les conditions d’obtention des autres types de Visa.

Voici un article Wikipedia en Coréen présentant le programme Working Holiday Visa. Version PDF disponible ici.

Voici le site coréen officiel présentant le Working Holiday Visa

Voici la page Facebook présentant le Working Holiday Visa, en coréen.

Voici une présentation en coréen du VVT pour les Coréens souhaitant se rendre en France. Version PDF téléchargeable ici.

Enfin, voici une recherche Google en coréen pour 프랑스 워킹홀리데 비자

Participer aux activités de la CFAF

Pour ceux qui souhaiteraient s’investir dans les activités de la CFAF, voici la procédure et les tarifs en vigueur le 30 avril 2011 :

L’inscription consiste à remplir un formulaire dans lequel vous vous présentez. Ce formulaire est disponible à chaque réunion de la CFAF.

Le coût initial de l’inscription est 10 000 KRW, ainsi qu’une cotisation annuelle de 30 000 KRW. Ensuite, le coût de la participation est de 10 000 KRW pour chaque colloque. Bien sûr, ces tarifs comprennent le buffet en début de session, le déjeuner et le repas gastronomique qui fait suite aux conférences.

La cotisation annuelle comprend également un abonnement à la revue trimestrielle de la CFAF qui parait en février, en mai, en août et en novembre.  Chaque numéro d’environ 800 pages regroupe les articles publiés par les nombreux chercheurs qui étudient les lettres, les arts, la culture et l’éducation dans le champ, plus général, du français. La plupart des articles sont rédigés en coréen mais chaque article est accompagné d’un résumé en français et certains articles sont écrits en français. La revue est officiellement reconnue pour la capitalisation des articles des professeurs et chacun est invité à y participer en soumettant ses articles au comité de lecture.

Vincent Prévost

En cas de problèmes avec la police coréenne…

N’ayez pas peur ! Il y a toujours moyen de se sortir d’affaire ! 😉

A priori, la majorité des enseignants de français en Corée utilisent Windows et très peu sont équipés d’un logiciel de traitement de texte coréen.

Si jamais, par le plus grand des hasards, vous receviez un article enregistré au format .hwp, inutile d’insister pour qu’on vous le renvoie au format MS Word ; il est bien plus rapide et productif de vous équiper pour afficher le document sur votre ordinateur habituel.

Bonne nouvelle, il existe une version gratuite du logiciel de traitement de texte produit par la firme coréenne Hancom Inc. et utilisé par la majorité des coréens dès leurs premiers pas en informatique. Le type de fichier produit par défaut par ce logiciel est cependant très peu répandu dans le reste du monde.

Cette version gratuite ne permet pas d’éditer les textes enregistrés à l’aide de la version complète du logiciel de traitement de texte Hangeul 20xx mais reste essentielle pour les afficher correctement.

Vous pouvez également les imprimer depuis Hangeul Viewer mais le copier-coller n’est pas autorisé… Si vous pensiez contourner cette limitation en utilisant la commande « Enregistrer sous… » ou bien en passant par une version imprimée en PDF, dites-vous que les développeurs et responsables marketing de Hancom Inc. y ont pensé avant vous…

Comme il n’est pas possible de rendre disponibles des fichiers exécutables directement depuis WordPress (le fournisseur de ce blog), je vous propose de télécharger Hangeul Viewer depuis son emplacement d’origine.

L’installation est un peu lourde, environ 180 Mo et peu pratique car elle nécessite que Windows soit pré-équipé de .NET Framework.

Voici les liens pour le téléchargement de ces deux logiciels:

Hangeul Viewer

.NET Framework

Pour les textes écrits avec Word et nécessitant le mélange de caractères coréens et latins, on peut utiliser la Police Batang ou alors la police coréenne téléchargeable depuis mon ancien blog.

Pour écrire en coréen depuis un ordinateur non équipé d’un logiciel de traitement de texte permettant l’utilisation de polices coréennes, il est possible d’utiliser un clavier virtuel en coréen, voir ici.

Pour des explications approfondies sur l’utilisation d’un clavier AZERTY en coréen, vous pouvez consulter le Blog Shadowrun où j’ai trouvé ce guide.

Enfin, l’Université de Cambridge a mis en ligne des petits guides pour l’utilisation d’alphabets « exotiques » sous Windows. Des informations complémentaires sur la lecture de sites Internet en coréen sont disponibles dans les articles suivants:

Working with Korean Text (Windows, 2005)

Working with Korean Text (Windows, 2010)

Vincent Prévost

Problèmes de prononciation du français par des locuteurs coréens

Dans cet article, Christian Houlez décrit l’alphabet coréen afin de déterminer les difficultés d’apprentissage de la prononciation du français pour des étudiants coréens.

Représentation de l’espace en coréen et en français

Le numéro 24 de SCOLIA, publié en juin 2010, porte sur la représentation de l’espace en coréen et en français. Il est coordonné par Soo-Mi LEE et Michèle Biermann Fischer. Université de Strasbourg, 174 pages, ISBN : 978-2-35410-027-8, 10 euros.

Sommaire de cet ouvrage

Décliné sous son aspect sémantique, morpho-syntaxique, pragmatique, mais aussi étudié dans une approche didactique ou revisité dans l’optique de la traduction, l’espace est ici abordé sous des angles nouveaux par la mise en relief de particularités fonctionnelles dans l’une ou l’autre langue ou par la comparaison des approches cognitives du thème dans les deux langues. Les analyses font apparaître l’importance de la conceptualisation non seulement des aires et de leurs contenants, mais également de la position, de la distance, de la verticalité ou encore du repère.

La complexité de la thématique traitée, l’originalité des pistes explorées et les résultats obtenus font de ce numéro une contribution précieuse pour l’étude de l’espace.

%d blogueurs aiment cette page :