Archives du blog

Colloque CFAF 3 novembre 2012

Colloque d’automne, organisé par l’Association d’études de la culture française et des arts en France (CFAF) qui se tiendra à l’Université Kyung Hee (campus suwon) le samedi 3 novembre 2012

Matin : Session pleniere en francais : « Nouvelle orientation de l’histoire de la culture et des arts
français »

Apres-midi : Session Didactique du Fle (en francais) :

Guillaume JEANMAIRE : Le changement linguistique et ses implications en FLE
Gilles OUVRARD : Quelques remarques sur la pratique du français au niveau du Master
Arnaud DUVAL : Coopérations didactiques autour de prolongements numériques en méthodes FLE

Voir details du programme, plan d’acces et bus en piece jointe 2012 colloque d’automne CFAF

Colloque SCELLF du 6 octobre a l’univ. SKKU

Perspectives didactiques de la culture et de l’art francais

Samedi 6 Octobre 2012, Université SungKyunKwan (Séoul), Toegye Hall of Humanities

▪ Organisation : Société Coréenne d’Enseignement de Langue et Littérature Françaises
▪ Hote : Département de langue et littérature françaises – SKKU
▪ Partenaires : L’Ambassade de France – Institut Français, National Research Foundation of Korea, Université SungKyunKwan (Centre de recherches des sciences humaines, BK21 Unité de recherches de l’enseignement de la culture et de l’art français), Shinasa

Voir details du programme et plans d’acces : 2012_programme_Colloque_FR

Colloque Coree – Algerie, 22 septembre 2012, Univ. Ewha

Colloque International Corée-Algérie en commémoration du 50ème Anniversaire de l’Indépendance de l’Algérie

Regards croisés : histoire, société, culture

DATE : le 22 Septembre 2012, 10:00~18:00

LIEU : Université Ewha (Séoul), Inmunkwan (Humanities Building) salle 111 (session plénière, Session parallèle I), salle 105 (Session parallèle II)

ORGANISATION : Association Coréenne d’Etudes Maghrébines, Association Coréenne des Etudes Politiques Françaises, Ewha Institute for the Humanities (Univ. Ewha), Centre d’études francophones (Univ. Sungkyunkwan), Centre d’Afrique (Univ. Kyung Hee)

Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (Algérie)

HÔTE : Korea Scientific Technique Industry Co, Ltd.

PROGRAMME

09:30~10:00 Accueil et Inscription

Cérémonie d’ouverture

10:00~10:05 Allocution d’ouverture : KIM Jung-Sook (Présidente de l’ACEM)

10:05~10:15 Allocution de félicitation : Hocine Sahraoui (Ambassadeur d’Algérie en Corée)

10:15~10:25 Allocution de félicitation : JUNG Hai-Ung (ex Ambassadeur de Corée en Algérie)

Session plénière (salle 111)

10:30~10:50 Mohamed Yassine Ferfera (Directeur du CREAD) Enseignement Supérieur et Recherche Scientifique et Développement

10:50~11:10 Yoo, Jung-Hwan (professeur émérite, Univ. Cheongju) A la recherche du code culturel coréen

11:30~11:50 Aissa Kadri (Directeur de l’Institut Maghreb-Europe, Université de Paris VIII) Le système de formation des élites et marché du travail

11:50~12:10 Nouria Remaoun Benghabrit (Directrice du CRASC) Ecole et Société; Enjeu et Défi
12:40~14:00 Déjeuner

Session parallèle I (salle 111)

14:00~14:20 CHOI Yoon-Kyoung (Univ. Chung-Ang) Mohammed Dib et la quête d’une autre langue

14:20~14:40 Yamile Ghebalou (Ecole Supérieure des Sciences Politiques) Approches transversales des littératures algériennes entre les années 2007 et 2012

15:00~15:20 OH Young-ju (HK professeur de recherche, Univ. Ewha) Yun Dong-ju, un lyrique en résistance

15:20~15:40 Mohamed Lakhdar Maougal (Université d’Alger 3) Algérie-Société-Histoire-Culture -Lecture archéologique des fondements culturels

15:40~16:00 KIM Kyung-Rang (Univ. Kyung Hee) L’universalité et la spécificité des proverbes algériens

Session parallèle II (salle 105)

14:00~14:20 Mohamed Benguerna (Directeur de Recherche, CREAD) La Formation des Elites Techniques à l’épreuve de la Société

14:20~14:40 YOON Kisuk (Daejeon Development Institute) La Coopération scientifique entre la Corée et l’Afrique

15:00~15:20 CHO Hongsik (Univ. Soongsil) Le Développement économique coréen: Etat et société

15:20~15:40 SON Young-woo (Univ. Mokpo) Le modèle coréen de développement est-il transposable aux autres pays à l’ère de la mondialisation?

15:40~16:00 Mohamed Cherif Belmihoub (Directeur de l’Ecole Supérieure de Management) L’Algérie a besoin de Champions pour son développement; le modèle Coréen est-il transposable?
18:00~20:00 Dîner

Pour tous les details et le plan d’acces, voir le programme-colloque-Coree-Algerie2012

colloque SCLLF décembre 2011

Le Colloque annuel de la Société coréenne de langue et littérature françaises (SCLLF) aura pour thème :  » La littérature du 19ème siècle et son sens contemporain « . Il aura lieu le samedi 10 décembre 2011 de 09h30 à 17h00 à l’Université Yonsei.

Lors de ce colloque, vous pourrez notamment assister à l’intervention de M. Bruno CLEMENT (Univ. Paris 8). Vous pouvez télécharger ici le programme : ColloqueSCLLF dec2011

Compte rendu colloque visage

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le colloque de la CFAF sur le thème du visage et du portrait a eu lieu le 5 novembre 2011 dans les locaux de l’Université Sookmyung sous la présidence de Madame IM Hye-gyong.

Malgré le temps pluvieux du mois de novembre et la profusion des colloques et réunions de cette période de l’année universitaire, le public est venu relativement nombreux écouter les orateurs de la matinée. « Le visage sans visage » du professeur HWANG Hieon-san et « La quotidienneté et le visage » du professeur KANG Young-ahn ont ouvert de manière décontractée et conviviale les débats. L’après-midi, après l’assemblée générale de l’association CFAF qui inaugurait un changement de présidence, Madame SUN Hyo-Sook (Université Kyung Hee), les débats se sont divisés en sessions parallèles autour des thèmes « visage littérature », « Visage, image et masque » et « Visage et portrait ». Cette dernière session regroupant les intervenants en langue française fut bien également suivie par des auditeurs coréens. Quatre conférenciers se sont succédé : Franck BARBIN (Université Hanyang) « Les expressions figées du visage et leurs problèmes de traduction », Benjamin JOINAU (Centre Corée, EHESS) « Lecture anthropologique de l’imaginaire du visage », Simon KIM (Université Korea) « Les descendants de Narcisse : réflexions sur l’autoportrait en peinture » et Franck MALIN (Université Sogang) « Portrait de Français : questions d’images et de représentations (des stéréotypes aux réalités) ». Les discussions, nombreuses et animées, mais comme à l’habitude débordant la durée impartie aux sessions, continuèrent au cours d’un repas typiquement coréen.

Ce colloque fera probablement avancer les recherches, en particulier, celles qui introduisent les arts et les sciences humaines dans le cadre des enseignements de la culture et de la langue française.

Antoine Coppola

Programme colloque visage CFAF

Le colloque d’automne de la CFAF a pour thème « Visage et portrait ». Il se tiendra le 5 novembre 2011 à l’Université féminine Sookmyung (attention au changement de date : il était initialement prévu le 19 novembre).

Nous sommes maintenant en mesure de vous communiquer le programme de ce colloque : programme colloque visage (4 interventions auront lieu en français).

colloque d’automne de la CFAF 2011

Le colloque d’automne de la CFAF a pour thème « visage, portrait« . Il se tiendra le 5 novembre 2011 à l’Université féminine Sookmyung (attention au changement de date : il était initialement prévu le 19 novembre).

Nous vous communiquerons prochainement le programme définitif, mais vous pouvez d’ores et déjà noter que 4 interventions auront lieu en français.

Passeurs de culture et Transferts culturels

APPEL à COMMUNICATIONS

Passeurs de culture et Transferts culturels

Colloque international, 5 et 6 octobre 2012

Université Nancy 2 – Campus Lettres et Sciences Humaines

Toute langue traduit et véhicule une identité culturelle spécifique, collective ou personnelle, selon l’histoire du locuteur, de l’écrivain ou de l’artiste. Toutefois, au travers des mariages mixtes, des migrations, du déracinement, des exils, des expatriations, des redécouvertes identitaires dans les peuples postcoloniaux, se créent de nouvelles synergies qui, de nouveau, agissent sur la langue et la culture, générant ainsi une (des) nouvelle(s) langue(s) et une (des) nouvelle(s) culture(s) à l’intersection de deux ou plusieurs cultures originelles. Il se crée ainsi un nouvel espace interculturel en perpétuelle évolution et construction.

 

Nous appelons à des présentations portant sur toutes les situations où s’opère un transfert, quel qu’il soit, d’une culture à une autre, en interrogeant les notions de passage ou de transfert d’une culture à une autre, d’une langue à une autre, d’une littérature à une autredans leurs multiples aspects, selon les deux axes ci-dessous.

Axe 1 : Multilinguisme ou transferts culturels au travers de la langue

Aussi, sans toutefois que cette liste prétende à l’exhaustivité, les phénomènes suivants, touchant à la nature sociale du langage et des langues, pourront-ils être abordés :

– le bilinguisme et/ou la diglossie en littérature ou dans la société, et leur impact sur l’interculturalité ;

– les évolutions d’une langue au contact d’une autre ;

– les questions du choix linguistique par un auteur et les notions d’interactions exolingues, d’interlangue ou de langue de l’entre-deux ;

– les critères culturels dans les choix de traduction d’une oeuvre littéraire…

Axe 2 : Passeurs de culture et contacts culturels

Il s’agira ici d’analyser les rapports entre deux ou plusieurs cultures, et de déterminer le rôle social des passeurs de culture et leur influence sur l’évolution d’une civilisation donnée. Pourront donc être analysés :

– les chocs culturels provoqués par les situations de rencontres libres (mariages mixtes par exemple) ou imposées (colonisation, exil politique, émigration économique)

– leurs conséquences sociales et leurs représentations littéraires ou artistiques

– les procédés de l’influence d’une culture sur une autre

– les intellectuels dans la posture de passeurs de culture (enseignants, traducteurs, écrivains bilingues, exilés)

– l’engouement pour une culture étrangère (par exemple, la diffusion de l’humanisme au 16esiècle ou du romantisme au 18e ou encore l’engouement d’une nation pour une autre)…

Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, iconographie, peinture, phénomènes sociaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques. Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Date limite de réception des propositions 3 janvier 2012

Notification d’acceptation aux auteurs après examen en aveugle par le comité scientifique : 1er mars 2012.

Format des propositions :

  • 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle, adresse électronique et téléphone)
  • Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12, interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être mentionnés.

Langue du colloque : français.

Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation. Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse.

Les propositions de communication seront adressées à :

Elsa Chaarani : Elsa.Chaarani@univ-nancy2.fr

Catherine Delesse : Catherine.Delesse@univ-nancy2.fr

Laurence Denooz : Laurence.Denooz@univ-nancy2.fr

 

 


Compte rendu des deux conférences Ladmiral à Séoul le 14 mai 2011

Afin de célébrer la présence à Séoul de Monsieur Jean-René LADMIRAL, professeur à l’Université de Paris X Nanterre et à l’ISIT, et de Madame Mayuko UEHARA, maître de conférences à l’Université Meisi de Tokyo, deux conférences étaient organisées le 14 mai 2011 dans la capitale sud-coréenne.

 

La conférence internationale de l’IEP s’est déroulée de 9h30 à 13h dans la salle 503 du Bâtiment international de l’Université Hankuk des études étrangères et avait pour thème « Traduction et Philosophie : pour la philosophie de la traduction ». Toutes les communications étaient en l’honneur de Monsieur Jean-René LADMIRAL. Nous tenons à chaudement féliciter les organisateurs pour avoir proposé une interprétation simultanée en coréen et en français ainsi que les étudiants pour avoir assuré cette interprétation.

Après le traditionnel discours d’ouverture de Monsieur Seong-Woo YUN, directeur de l’Institut des études philosophiques, et le discours de bienvenue de Monsieur Chul PARK, président de l’Université Hankuk des études étrangères, Monsieur Seong-Woo YUN et Madame Hyang LEE, tous deux professeurs de l’Université d’accueil, nous ont proposé une communication à deux voix intitulée « Pourquoi traduire Ladmiral ? » Après avoir brossé un tableau de l’état de la traductologie en Corée, ils nous ont entretenus sur les philosophes de la traduction en s’intéressant plus particulièrement à Jean-René Ladmiral.

Madame Mayuko UEHARA, maître de conférences à l’Université Meisi de Tokyo, a ensuite prononcé une communication intitulée « La Philosophie de la traduction et la Genèse de la philosophie japonaise : une lecture de Ladmiral ». Après avoir fait un point sur la réciprocité entre philosophie et traduction, elle nous a montré les liens et les divergences entre la pensée traditionnelle japonaise et la philosophie occidentale.

Monsieur Jean-René LADMIRAL, professeur à l’Université de Paris X Nanterre et à l’ISIT, a enchanté l’assistance par son intervention à la fois pointue et pédagogique sur le thème « L’Épistémologie de la traduction : sur le discours méta-traductif de la traductologie ». Après avoir rappelé en préambule que le propre du philosophe était d’en dire moins tout en coupant les cheveux en quatre, il est revenu en détail sur son quatrain traductologique, qui correspond aux quatre âges de la traductologie (prescriptive, descriptive, inductive et productive), et sur sa dichotomie qui a fait école entre sourciers et ciblistes.

Madame Hee-Young PARK, professeur à l’Université Hankuk des études étrangères, a conclu cette matinée par une communication intitulée « L’Esthétique du même et de l’autre : modus cogitandi et la philosophie de la traduction ». Elle a rappelé à juste titre que la traduction philosophique constitue l’art créateur du tissage du même et de l’autre et qu’elle consiste à transcender cette opposition.

 

La conférence de l’après-midi sur le thème « Esthétique et Philosophie de la traduction » s’est tenue de 15h à 18h dans la salle 215 du Bâtiment de la Faculté des Lettres de l’Université Korea. Elle était organisée par l’équipe BK21 de formation des critiques des traductions rattachée à l’Institut d’études de traduction et de rhétorique. Elle mettait de nouveau à l’honneur deux des conférenciers du matin, Monsieur Jean-René LADMIRAL et Madame Mayuko UEHARA.

Monsieur Jean-René LADMIRAL a ouvert le bal en nous entretenant sur l’« Esthétique de la traduction ». Il a clairement motivé son utilisation du terme d’«esthétique » pour la traduction des œuvres littéraires par rapport aux autres vocables concurrents et lui a donné pour objet l’étude du décalage que peuvent connaître les genres littéraires entre cultures différentes. Cette catégorie a l’avantage de problématiser l’immémoriale question du littéralisme et de lui conférer une ampleur philosophique.

Madame Mayuko UEHARA a clos les débats fort stimulants de la journée en traitant du sujet « La Question philosophique sous l’angle de la traduction : la clairvoyance de Nishida Kitarô ». Elle nous a plus particulièrement exposé les problèmes de traduction des concepts philosophiques occidentaux en japonais et de quelles manières Nishida Kitarô en a résolu certains en ayant recours à des néologismes.

Franck Barbin

Compte rendu du colloque conjoint, Univ. Ewha, juin 2011

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Ve Colloque conjoint des Sociétés et des Associations Coréennes d’Études Françaises s’est tenu le 11 juin 2011 à l’Université féminine Ewha (Séoul) dans le bâtiment ECC (Ewha Campus Complex). Il avait pour thème « Le Fantastique dans la littérature et les arts français ». Il regroupait les six associations suivantes : l’Association Coréenne d’Études Françaises, la Société Coréenne de Langue et Littérature Françaises, la Société d’Études Franco-Coréennes, la Société Coréenne d’Enseignement de Langue et Littérature Françaises, l’Association d’Études de la Culture Française et des Arts en France ainsi que l’Association Culturelle Franco-Coréenne. Il était organisé en partenariat avec l’Ambassade de France en Corée, l’Alliance Française de Corée du Sud, The Daesan Foundation et Youngsan Cooperation. Une centaine de personnes sont venues assister à ce colloque en provenance de la Corée et des pays asiatiques voisins.

Nous allons nous intéresser plus particulièrement aux interventions réalisées en langue française car, étant donné l’état de notre connaissance de la langue coréenne, nous se sommes pas en mesure de rendre compte des communications en coréen.

Après l’allocution d’ouverture de Madame Ki-Jeong SONG, présidente de l’ACEF et professeur à l’Université féminine Ewha, Madame Catherine NESCI, professeur à l’Université de Californie à Santa Barbara, a prononcé en session plénière une communication intitulée « Le Prisme des songes, des hallucinations : l’imaginaire fantastique de J.J. Granville ». En s’appuyant sur de nombreuses illustrations de ce caricaturiste français de la première moitié du XIXe siècle, elle a proposé un exposé passionné sur le fantastique et la fantaisie iconiques chez Granville en les reliant au rêve romantique et au monde du fantasme et de la transgression. Les débats l’ont amenée à placer Granville en précurseur du mouvement surréaliste et de la psychanalyse freudienne des rêves.

Avant de reprendre les sessions de l’après-midi, Stéphane GRIVELET, directeur délégué à la politique scientifique de l’Agence Universitaire de la Francophonie, nous a présenté les programmes et les missions de cette organisation qui existe depuis 50 ans. Il espère vivement que des universités coréennes et japonaises rejoignent rapidement le Bureau Asie-Pacifique de l’AUF inauguré à Hanoï en 1993.

Monsieur Hajime SAWADA, professeur à l’Université Sophia, a eu le mérite de faire sa présentation en français sur le thème « Le fantastique est-il l’apanage du romantisme ? Balzac et ses peintres contemporains ». Il a démontré la prépondérance du thème du fantastique au XIXe (en particulier chez Balzac et chez Hugo) en se fondant sur la fréquence d’emploi de ce terme dans un corpus constitué de 2 116 textes s’échelonnant de 1601 à 1900.

La session IV « Linguistique et Traductologie » était la plus riche en interventions en français (3 sur 4). La première, qui s’intitulait « La Langue et le Langage : des outils à la fois concrets et abstraits, culturels et personnels, collectifs et individuels », a été prononcée par Monsieur Emmanuel NIKIEMA, professeur à l’Université de Toronto. En fondant son analyse sur des exemples ludiques, il en est venu à conclure qu’il fallait apprendre une langue sous tous ces aspects : langage, tangage, t’engage et lent-gage.

La seconde intervention a été donnée par Pierre MARTINEZ, professeur à la Faculté d’Éducation de l’Université nationale de Séoul, et avait pour titre « La Construction du fantasme dans l’appropriation des langues-cultures ». Il nous a brillamment démontré que la langue n’est pas réductible à un simple système de signes, mais qu’elle se constitue également à travers des représentations et des pratiques subjectives : linguistico-référentielles, stéréotypiques et interactionnelles.

La dernière communication en français a été prononcée par Monsieur Yeong-Houn YI, professeur à l’Université Korea, et s’intitulait « L’Évaluation des traductions coréennes des chefs d’œuvre de la littérature française : bilan et perspectives ». Ce travail titanesque, réalisé par une équipe de 26 personnes depuis 2008, a pour objectifs de recenser les traductions existantes d’œuvres françaises en coréen, de les évaluer et d’élaborer un dictionnaire d’apprentissage français-coréen.

Nous regrettons de ne pas avoir pu entendre Monsieur Laurent PEREIRA, professeur à l’Université Soongsil, qui a parlé sur le sujet « Architecture Rêvée, de l’Utopie à l’Espace plastique » car cette communication s’est déroulée dans une session parallèle.

Tous les participants ont été finalement conviés à un somptueux buffet dressé dans le même bâtiment. Ce dîner était compris dans les frais d’inscription du colloque qui s’élevaient à 10 000 wons.

Franck Barbin

%d blogueurs aiment cette page :