Archives de Catégorie: Publications

Publications des membres de notre groupe et au-delà…

Quand l’Université fait son cinéma

Vient de paraître : Recherche et pratiques pédagogiques en langues de spécialité – Cahiers de l’APLIUT, volume XXXI N° 2 (juin 2012), « Les supports filmiques au service de l’enseignement des langues étrangères, ou Quand l’Université fait son cinéma »

Sommaire :

*Articles de recherche, exposés de synthèse ou de réflexion

« Pour une éducation au cinéma intégrée dans une pédagogie de projet multimédia ». Irma Velez, Université Paris Sorbonne – IUFM de Paris

« L’intégration du cinéma hollywoodien en classe de langue : réflexions sur quelques points de convergence disciplinaires ». Cristel Maury, Université Toulouse 2 Le Mirail

« L’anglais par les contextes : l’adaptation cinématographique et sa didactisation ». Sylvain Belluc, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris 3

« Didactisation d’un contenu cinématographique et acquisition d’une L/C2 (langue/culture cible) ». Anne-Laure Dubrac, Université Paris-Est Créteil

« Supports filmiques transversaux en pratique de la langue : document authentique ou authentiquement intéressant ? ». Joséphine Rémon, Université Lumière Lyon 2, Laboratoire ICAR

*Notes de pédagogie

« How Personal Heirloom Stories Can Spark Emotion and Motivation by Using Short Films in the EFL classroom ». Kenneth Beirne et Pierre Floquet, IPB Bordeaux

« Les séries télévisuelles juridiques américaines : représentations langagières et culturelles d’une communauté professionnelle ». Anne-Marie O’Connell, Université Toulouse 1 Capitole

« Teaching Foreign Languages through the Analysis of Film and Television Series: English for Legal Purposes ». Dana Di Pardo Léon-Henri, Université Paris Sorbonne (Paris IV)

« Le cinéma, de la motivation à la mobilisation intellectuelle ». Maria-Alice Médioni, Université Lumière Lyon 2

*Fiche pédagogique

« Doublage d’un extrait de Volver d’Almodóvar et modification du scénario ». Gaïdig Gilet, Collège Jean Racine, Viroflay

Prix de vente du numéro : 12€

Pour le commander : www.apliut.com, page Cahiers.

Le volume est en ligne sur Revues.org : http://apliut.revues.org/2641

CRAPEL : PRATIQUES D’ACCOMPAGNEMENT(S) DES APPRENANTS

Le numéro 32 des Mélanges CRAPEL (numéro spécial) « PRATIQUES D’ACCOMPAGNEMENT(S) DES APPRENANTS EN PRÉSENTIEL ET À DISTANCE », coordonné par A. Chateau et D. Macaire, vient de paraître en 2012.

Il est maintenant disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.atilf.fr/spip.php?rubrique599

Il contient les articles suivants :

Anne Chateau, Dominique Macaire
Pratiques d’accompagnement(s) des apprenants en présentiel et à distance : Introduction
Maud Ciekanski
L’analyse ergonomique du travail d’accompagnement du conseiller dans les systèmes d’apprentissage autodirigé
Emmanuelle Carette, Eglantine Guély et Myriam Pereiro
Création et accompagnement d’un centre de langues privé : un exemple de collaboration entre recherche en didactique des langues et entreprise
Nathalie Gettliffe, Anne Delhaye, Julie Dittel
Nouvelles pratiques d’accompagnement pour un centre de ressources et d’apprentissage en mode hybride : de l’individu, au groupe,  à la communauté d’apprenants
Annick Rivens Mompean
Articuler des dispositifs innovants pour accompagner vers les certifications en langues
Sophie Belan, Marie-Françoise Narcy-Combes
Accompagnement et innovation : quels outils pour un suivi efficace dans un dispositif hybride ?
Elke Nissen, Thierry Soubrié
Accompagnement présentiel dans un dispositif hybride : des paramètres qui influencent la conduite de l’action tutorale
Bushra Sadiq
Le dispositif french online : apprentissage collaboratif et accompagnement à distance
Sophie Bailly, Nancy Ismaïl
Evaluation des effets de l’accompagnement sur l’autonomisation d’apprenants de FLE dans un dispositif de formation ouverte
Corinne Landure
Le data-driven learning : apprendre et enseigner à contre-courant
Nathalie Van Der Sanden
Entre tradition et innovation : l’exemple d’un dispositif néerlandais pour enseigner le français en présentiel et à distance
Younès Daife
La messagerie électronique au service de l’écriture littéraire en classe de français langue étrangère

Vous pouvez également le commander à l’adresse suivante :
CRAPEL/ ATILF, Université de Nancy 2, CLSH Batiment F, 23 Boulevard Albert 1er, BP 133 97, 54 015 Nancy CEDEX
Tel : 03 54 50 51 12 ; email : crapel@univ-nancy2.fr

GERFLINT Synergies Corée 2

Nous avons le plaisir d’accueillir la renaissance de la revue GERFLINT Synergies Corée dont le numéro 2, intitulé « Le français en Corée et la mondialisation », a été coordonné par Pierre Martinez, ISSN : 11598 – 4400.

En attendant la version papier qui sera disponible très prochainement, vous pouvez télécharger directement les articles désirés en cliquant dans le sommaire ci-dessous :

http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Coree2/coree2.html

SYNERGIES CORÉE ; GERFLINT

Etudes en didactique des langues 18

Le n°18 d’Etudes en didactique des langues (Les Après-midi de LAIRDIL) consacré à L’espace en didactique des langues, vient de paraître.
On peut le commander via le site du LAIRDIL : http://www.lairdil.org

Sommaire

Introduction
Nicole Décuré

1ère partie : Entre les murs
Émergence d’un espace didactique multidimensionnel autour de la relation enseignant-apprenant
Christiane Hoybel
Des rangs d’oignons au salon où l’on cause : réflexions sur l’évolution de l’espace-classe
Nicole Décuré
Gestion de l’espace et transactions didactiques dans l’action des professeurs en classe de langues
Dominique Forest & Brigitte Gruson
Portraying the language-culture link through spatial representation in three US language textbooks
Laura M. Hartwell

2ème  partie : Hors les murs
Déstructuration du temps et de l’espace
Jean-Paul Narcy-Combes
L’espace en didactique des langues : un espace en expansion, en cours de reconfiguration ?
Françoise Haramboure
The community: an ideal space for learning
Malama Tsimenis
Cyber espace et mémorisation
Dominique Vinet
L’atelier d’écriture : un espace pour un trio gagnant
Férida Lakhdar-Barka

Le double en traduction

Michaël MARIAULE et Corinne WECKSTEEN (dir.)

Le Double en traduction ou l'(impossible ?) entre-deux, volume 1

Artois Presses Université, Arras, septembre 2011, 172 pages

ISBN: 978-2-84832-127-1, prix : 16 euros

Présentation

Ce volume explore le concept du « double » en traduction pour en dégager les limites et parvenir à une appréhension plus fine de cette pratique qu’est la traduction. Le double peut être vu sous l’angle du lien qui unit texte de départ et texte d’arrivée mais aussi de la relation qu’entretiennent auteur et traducteur, qui se révèlent parfois être les mêmes dans le cas de l’auto-traduction. Les couples de langues soumis à l’étude sont l’anglais et le français d’une part, et le français et le roumain d’autre part. Les articles ici réunis reflètent une variété d’approches et de points de vue qui tentent d’articuler théorie et pratique. Ils montrent que ce que la traduction établit est un rapport dialectique et dialogique entre les textes, les hommes et les cultures et que la théorie gagnerait à dépasser la notion de « double » et à accorder davantage de place à celle d’« entre-deux », ce qui permettrait peut-être de mieux rendre compte de la complexité, de la subtilité et des nécessaires compromis qui sont constitutifs de la traduction.

TABLE DES MATIERES

Michaël MARIAULE et Corinne WECKSTEEN
Avant-propos

Zohra HADJ-AISSA,
« Fidèlement infidèle »

Corinne WECKSTEEN,
« De Janus à Ménechme : portrait du traducteur en agent double »

Karen BRUNEAUD-WHEAL,
« La double contrainte du traducteur de sociolectes littéraires : entre adéquation et acceptabilité »

Alina PELEA,
« La double dimension, textuelle et matérielle, de la traduction. Réflexions sur l’effet de la “mise en livre” sur la réception du texte traduit »

Anda RADULESCU,
« Les traductions multiples d’une poésie et la re-création de l’original dans une langue cible »

Michaël OUSTINOFF,
« L’entre-deux des textes (auto)-traduits : de Endgame de Samuel Beckett à Lolita de Vladimir Nabokov »

Franck BARBIN,
« Dépasser la dualité en traduction : l’équivalence en matière de questionnaire »

Alice DEFACQ,
« De Teyve the Dairyman à Fiddler on the Roof : entre contraintes et libertés »

 

Retraductions

Retraductions

Sous la direction de Christine Lombez

Nantes : Cécile Defaut, coll. « Horizons Comparatistes », 2011.

EAN 9782350183009.

Présentation de l’éditeur :

Parce qu’elle est fondamentalement interprétation, une traduction vieillit généralement plus vite que l’oeuvre originale. Qu’il y a-t-il de commun, par exemple, entre la version donnée d’Homère par Mme Dacier au XVIIIe siècle, la version de Leconte de Lisle un siècle plus tard, et celle de P. Jaccottet au XXe siècle, si ce n’est le texte d’Homère lui-même ? D’une retraduction à l’autre se lit toute la distance du temps qui passe, des convenances qui évoluent, de la langue qui se transforme, des goûts et des pratiques d’écriture qui se modifient… Pour autant, le dilemme du traducteur (être fidèle à l’« esprit » ou à la « lettre » du texte étranger) reste, lui, toujours le même. La retraduction semble un point d’observation idéal pour analyser « la pulsion de traduction entretenue par l’insatisfaction à l’égard des traductions existantes » (P. Ricoeur). Pourquoi (pour qui) retraduit-on ? Pour rectifier les erreurs avérées d’une traduction antérieure ? Pour répondre à un « horizon d’attente » littéraire et culturel en constante mutation ? Pour des raisons banalement commerciales ? Quel type de relation un (re)traducteur entretient-il avec la version produite par son ou ses prédécesseurs ?

Autant de questions que cet ouvrage aborde en explorant des retraductions de textes littéraires en prose ou en vers, de la Bible, de livrets d’opéra, des retraductions-adaptations pour la scène, des traductions-relais (effectuées à partir d’une langue intermédiaire), etc. Dans une perspective interdisciplinaire, ce volume s’intéresse à l’étude de traductions multiples d’une même oeuvre, à l’investigation des conditions socioculturelles de leur production et de leur réception, aussi bien qu’aux techniques et processus de retraduction, à leur évaluation, sans omettre de faire appel à l’expérience concrète, menée « sur le terrain », par les praticiens de la (re)traduction d’aujourd’hui.

Sommaire disponible sur Fabula

 

 

 

Théorie, analyse, interprétation des récits

Sylvie Patron (dir.), Théorie, analyse, interprétation des récits / Theory, analysis, interpretation of narratives 

Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien : Peter Lang, 2011, 367 pages, 59.30 €, EAN13 : 9783034300551

Présentation de l’éditeur : 

Cet ouvrage constitue les actes du colloque international « Théorie, analyse, interprétation des récits/Theory, analysis, interpretation of narratives », qui s’est tenu à l’Université Paris Diderot-Paris 7 les 12 et 13 décembre 2008. Ce colloque, qui réunissait des chercheurs venus d’horizons très variés, s’était donné pour but d’examiner trois problèmes précis : D’abord, le problème des rapports entre la théorie et l’analyse du récit (quel rôle doit jouer la théorie dans l’analyse du récit ? quel peut être l’effet en retour de l’analyse sur la théorie du récit ?) ; ensuite le problème des rapports entre l’analyse et la lecture « courante » du récit (le but de l’ana­lyse est-il de rendre compte de ce qui se passe dans la lecture « courante » du récit ? les études menées sur des groupes de lecteurs empiriques conduisent-elles à modifier l’analyse, voire la théorie du récit ?) ; et enfin le problème de la portée historique et culturelle de la théorie du récit.

Le sommaire est téléchargeable ici.

Enseignement des langues et construction européenne

Enseignement des langues et construction européenne

Le plurilinguisme, nouvelle idéologie dominante

Bruno Maurer

Archives Contemporaines, septembre 2011, 153 pages
ISBN : 978-2-8130-0066-8
Résumé :
A la fin des années quatre-vingt-dix, le Cadre européen commun de référence proposait à l’enseignement des langues deux perspectives : perspective actionnelle et didactique du plurilinguisme.
Dix ans après, on dispose d’assez d’éléments pour dresser un bilan critique de l’évolution de l’enseignement des langues sous l’influence du Conseil de l’Europe. Le premier constat est que didactique du plurilinguisme et didactique des langues ne sont pas synonymes et pourraient même être antinomiques. Avec l’éducation plurilingue et interculturelle, il ne s’agit plus en réalité d’enseigner les langues, mais de construire de toutes pièces l’identité du futur citoyen européen.
L’examen des compétences visées, des dispositifs de formation des enseignants et des curriculums montre que les aspects linguistiques sont considérablement minorés. Dans le même temps, le rôle de l’institution scolaire dans l’enseignement des langues et la professionnalité d’enseignant de langue sont profondément remis en question. Ces mutations très profondes s’opèrent pourtant sans bruit : c’est que le plurilinguisme fonctionne comme nouvelle idéologie dominante, se présentant comme un horizon désormais indépassable.
Un examen minutieux des textes de référence de l’éducation plurilingue et interculturelle permet de démonter les mécanismes de cette domination. Pourquoi l’Europe s’intéresse-t-elle tellement à l’enseignement des langues ? Au service de quel projet politique celui-ci est-il enrôlé ? Si la critique se fait politique, c’est parce que l’enseignement des langues est aujourd’hui partie prenante d’un projet politique dont chercheurs et enseignants ignorent largement les enjeux… alors qu’ils sont invités à le développer et à le mettre en oeuvre.
Sommaire :
L’EDUCATION PLURILINGUE ET INTERCULTURELLE : LE NOUVEAU PARADIGME DE L’EDUCATION EN EUROPE

  • Quand l’Europe s’intéressait à l’enseignement des langues
  • Quand l’Europe dissout l’enseignement des langues dans l’éducation plurilingue et interculturelle
DE QUOI L’EDUCATION PLURILINGUE EST-ELLE LE NOM ? PRODUCTION ET DIFFUSION D’UNE IDEOLOGIE
  • Processus d’élaboration du corps de doctrine
  • Conditions d’élaboration et de diffusion de l’idéologie
  • Quelle légitimité démocratique ?

ROLE DE L’IDEOLOGIE PLURILINGUE DANS LA CONSTRUCTION DE L’EUROPE

  •  Couvrez ce monolinguisme que je ne saurais voir
  • Promotion de droits linguistiques contre déficits de citoyenneté européenne
  • Idéologie plurilingue et construction d’une Europe libérale
  • Un enseignement de l’ignorance

La dimension sociale dans le CECR

Article de Claude Springer, Université de Provence :

 » La dimension sociale dans le CECR : pistes pour scénariser, évaluer et valoriser l’apprentissage collaboratif « 

La revue canadienne des langues vivantes 66, 4, juin 2010

E-ISSN : 1710-1131, Print ISSN : 0008-4506

Téléchargement de l’article : Springer, CECR, 2010

Résumé :

La « perspective actionnelle » suggère une filiation avec les théories de l’activité, c’est-à-dire une visée socio-culturelle et une visée sociale. Le CECR aborde sans s’attarder cet aspect social en considérant tout locuteur / apprenant dans sa dimension d’acteur social. Dès lors, la « tâche » peut-elle être considérée comme individuelle comme l’approche communicative le laisse entendre ? Comment tenir compte en classe de langues de cette perspective sociale et actionnelle sans retomber dans la tradition de l’apprenant se développant en toute autonomie ? Quelle place accorder, en plus de la compétence de communication, aux compétences dites génériques et transversales qui sont mobilisées nécessairement dans l’action sociale ? Comment évaluer et valoriser cette intelligence actionnelle partagée ?

Mots clés : apprentissage collaboratif, perspective actionnelle, approche par les tâches, projet, CECR
Source : Muse
Vous pouvez retrouver les articles et les communications de Claude Springer sur son blog :

Outils pour le commentaire de traduction

Je me permets de vous signaler la parution prochaine de :

Outils pour le commentaire de traduction

édition revue et augmentée avec une nouvelle mise en page.

Jean Szlamowicz

Ophrys, octobre 2011, ISBN 978-2-7080-1324-7

144 pages, 12€50

 

Parce que la traduction passe nécessairement par une analyse linguistique et par une appréciation littéraire du texte, il faut se familiariser avec les divers facteurs qui caractérisent l’écart entre deux langues. L’objectif est de construire une traduction qui s’attache en finesse à ce que le texte de départ a voulu exprimer. Les enjeux d’une telle approche sont autant linguistiques que littéraires et culturels.

Cet ouvrage s’adresse à tous ceux qui veulent comprendre comment on prend en compte ces contraintes pour passer d’un texte source à un texte cible équilibré, à la fois fidèle et nécessairement différent. Les étudiants de licence d’anglais, de classes préparatoires et d’école de traduction tireront profit d’une explicitation des processus de choix à l’œuvre dans l’acte de traduction.

Outil pour le commentaire de traduction concerne plus spécifiquement les candidats au concours de l’agrégation interne et du Capes d’anglais. Il présente une méthodologie détaillée ainsi que des textes de version et de thème avec le commentaire de passages problématiques. L’ouvrage propose donc des modèles de commentaires adaptés aux exigences des concours.

%d blogueurs aiment cette page :