Archives Mensuelles: juillet 2011

Passeurs de culture et Transferts culturels

APPEL à COMMUNICATIONS

Passeurs de culture et Transferts culturels

Colloque international, 5 et 6 octobre 2012

Université Nancy 2 – Campus Lettres et Sciences Humaines

Toute langue traduit et véhicule une identité culturelle spécifique, collective ou personnelle, selon l’histoire du locuteur, de l’écrivain ou de l’artiste. Toutefois, au travers des mariages mixtes, des migrations, du déracinement, des exils, des expatriations, des redécouvertes identitaires dans les peuples postcoloniaux, se créent de nouvelles synergies qui, de nouveau, agissent sur la langue et la culture, générant ainsi une (des) nouvelle(s) langue(s) et une (des) nouvelle(s) culture(s) à l’intersection de deux ou plusieurs cultures originelles. Il se crée ainsi un nouvel espace interculturel en perpétuelle évolution et construction.

 

Nous appelons à des présentations portant sur toutes les situations où s’opère un transfert, quel qu’il soit, d’une culture à une autre, en interrogeant les notions de passage ou de transfert d’une culture à une autre, d’une langue à une autre, d’une littérature à une autredans leurs multiples aspects, selon les deux axes ci-dessous.

Axe 1 : Multilinguisme ou transferts culturels au travers de la langue

Aussi, sans toutefois que cette liste prétende à l’exhaustivité, les phénomènes suivants, touchant à la nature sociale du langage et des langues, pourront-ils être abordés :

– le bilinguisme et/ou la diglossie en littérature ou dans la société, et leur impact sur l’interculturalité ;

– les évolutions d’une langue au contact d’une autre ;

– les questions du choix linguistique par un auteur et les notions d’interactions exolingues, d’interlangue ou de langue de l’entre-deux ;

– les critères culturels dans les choix de traduction d’une oeuvre littéraire…

Axe 2 : Passeurs de culture et contacts culturels

Il s’agira ici d’analyser les rapports entre deux ou plusieurs cultures, et de déterminer le rôle social des passeurs de culture et leur influence sur l’évolution d’une civilisation donnée. Pourront donc être analysés :

– les chocs culturels provoqués par les situations de rencontres libres (mariages mixtes par exemple) ou imposées (colonisation, exil politique, émigration économique)

– leurs conséquences sociales et leurs représentations littéraires ou artistiques

– les procédés de l’influence d’une culture sur une autre

– les intellectuels dans la posture de passeurs de culture (enseignants, traducteurs, écrivains bilingues, exilés)

– l’engouement pour une culture étrangère (par exemple, la diffusion de l’humanisme au 16esiècle ou du romantisme au 18e ou encore l’engouement d’une nation pour une autre)…

Le colloque se tiendra en français et il est ouvert à toutes les aires linguistiques et culturelles. Les objets d’étude seront pluridisciplinaires (textes littéraires ou non, cinéma, théâtre, beaux-arts, iconographie, peinture, phénomènes sociaux) et les approches pourront être théoriques ou analytiques. Le type d’approche choisi, le corpus d’étude ainsi que les notions utilisées devront cependant être clairement indiqués et définis dans les résumés comme dans les présentations.

 

Modalités de soumission des propositions de communication

Date limite de réception des propositions 3 janvier 2012

Notification d’acceptation aux auteurs après examen en aveugle par le comité scientifique : 1er mars 2012.

Format des propositions :

  • 1 page isolée comportant le nom, l’appartenance institutionnelle, le grade, le titre de la communication et les coordonnées de l’auteur (adresse professionnelle, adresse personnelle, adresse électronique et téléphone)
  • Sur 1 autre page : un résumé de 15 à 20 lignes en français ou en anglais (Word, Times 12, interligne 1,5) présentant le corpus étudié, les idées principales, le raisonnement et les conclusions générales, et précisant le cadre et les notions. 3 mots-clés devront également être mentionnés.

Langue du colloque : français.

Les communications seront de 20 minutes, suivies de 10 minutes de questions.

Les actes du colloque (avec comité de lecture) seront publiés à l’issue de la manifestation. Les consignes éditoriales seront envoyées avec la réponse.

Les propositions de communication seront adressées à :

Elsa Chaarani : Elsa.Chaarani@univ-nancy2.fr

Catherine Delesse : Catherine.Delesse@univ-nancy2.fr

Laurence Denooz : Laurence.Denooz@univ-nancy2.fr

 

 


Du réel à l’irréel

APPEL À COMMUNICATIONS

26e colloque international du CerLiCO (Cercle Linguistique du Centre et de l’Ouest)

Université de Bordeaux 

vendredi 1er – samedi 2 juin 2012 

DU RÉEL À L’IRRÉEL – 1 

Diversité des langues et représentations métalinguistiques

La Grammaire française de J.Martin et J.Lecomte (1962) définit l’indicatif comme « le mode de la réalité » (p.246). Cette définition sert en fait de base à une échelle de réalité que l’on retrouve dans la plupart des grammaires traditionnelles, qui distinguent habituellement potentiel, éventuel, « irréel du présent », irréel du passé. C’est la pertinence et les limites de ces degrés que le colloque de Bordeaux se propose de revisiter en faisant appel aux recherches les plus récentes de la linguistique.

Sans que nos propositions soient exclusives, voici un éventail des thèmes et des questions qui pourraient être explorés dans le cadre de ce colloque :

1) l’histoire et l’analyse critique des concepts descriptifs, de la terminologie et des élaborations métalinguistiques qui jalonnent l’évolution des représentations de la référence au réel et à ses variantes depuis l’antiquité, dans la tradition occidentale, mais aussi dans d’autres traditions.
2) le modèle de représentation du réel illustré dans les grammaires du français semble fondé sur la grammaire des langues classiques (grec et latin), où l’échelle de réalité est présentée comme un ensemble grammaticalisé: qu’en est-il des autres langues ? Des approches typologiques ou contrastives seront les bienvenues.

3) parmi les phénomènes à interroger, on peut en particulier citer : les temps et les modes verbaux, les adverbes, les systèmes hypothétiques, les procédés syntaxiques (subordination, corrélation, coordination, parataxe), les introducteurs de cadres dans le discours (par ex. mettons, soit, et si ?…), les particules ou les connecteurs (en fait, mais en réalité etc.), la notion de prise en charge énonciative, les notions de réalité, d’éventualité et de possibilité telles qu’elles sont mises en œuvre dans les langues naturelles (aspects sémantiques, pragmatiques, interlocutifs), la construction de l’imaginaire, des mondes possibles et des espaces mentaux dans le discours.

Aucun cadre théorique n’est exclu mais le cas échéant il devra être explicité.

Les communicants disposeront de 25 minutes pour leur exposé, qui sera suivi d’une discussion de 15 minutes. Les communications affichées (posters) bénéficieront d’une séance de présentation. Il est prévu 15 communications environ. Les langues acceptées seront le français et l’anglais. Les actes du colloque seront publiés en 2013 dans les Travaux Linguistiques du CerLiCO n° 26 aux Presses Universitaires de Rennes.

Les propositions, anonymes, sont à envoyer sous forme électronique, accompagnées des noms, coordonnées universitaires et électroniques de l’auteur(e) / des auteur(e)s ; elles comporteront une présentation de la problématique et des données (environ 500 mots / 3000 signes) ainsi qu’une brève bibliographie. L’auteur(e) devra préciser si elle/il souhaite présenter son travail sous forme de communication ou de poster. Ces résumés seront diffusés lors de l’inscription au colloque et accessibles sur le site web du CerLiCO.

Les soumissions sont à adresser dès maintenant, et impérativement avant le 30 septembre 2011 à : 
Catherine Moreau, Jean Albrespit et Frédéric Lambert : cerlico.bx@u-bordeaux3.fr

Les informations concernant le colloque seront disponibles sur le site du CerLiCO http://www.mshs.univ-poitiers.fr/cerlico/cerlico.htm

EXPOSITION DU PRIX MARCEL DUCHAMP

Du 25 juillet au 16 octobre
Musée National d’Art Contemporain
Gwacheon

Placé sous l’égide de Marcel Duchamp, artiste français et grand pionnier de l’art contemporain, le Prix Marcel Duchamp a pour objectif de faire connaître le dynamisme de la scène française actuelle à travers ses artistes les plus novateurs et d’encourager toutes les formes artistiques nouvelles qui stimulent la création. Il compte aujourd’hui parmi les prix les plus prestigieux décernés dans le monde de l’art contemporain.

Conçue par l’ADIAF (Association pour la Diffusion Internationale de l’Art Français) et le Musée National d’Art Contemporain de Corée, l’exposition regroupe environ 80 œuvres témoignant de la diversité des pratiques utilisées par les artistes contemporains et dresse un portrait de la scène artistique française à travers qunize lauréats ou nommés pour le Prix Marcel Duchamp.

Y sont ainsi présentées la peinture, la sculpture, la photographie, la vidéo ou encore l’installation, à travers les oeuvres des 15 artistes suivants : Saadane Afif, Pierre Ardouvin, Kader Attia, Valerie Belin, Michel Blazy, Celeste Boursier Mougenot, Cyprien Gaillard, Laurent Grasso, Camille Henrot, Valérie Jouve, Claude Lévêque, Didier Marcel, Mathieu Mercier, Philippe Ramette, Xavier Veilhan

Sources : Institut Français de Corée du SudMOCA

 

 

 

 

%d blogueurs aiment cette page :