Apprendre le français en Corée – 1997/1998

Groupe interparlementaire d’amitié France-Corée du Sud

Rapport N° 18

Version PDF disponible ici.

Cette étude issue de la thèse de doctorat de Madame Park Sung-Hee, décrit l’ensemble du système éducatif coréen dans lequel s’inscrit l’enseignement des langues étrangères. Recensant les actions entreprises en faveur du français en Corée, elle propose une série d’aménagements.

INTRODUCTION

Cette étude a pour origine la constatation d’un paradoxe apparent concernant le statut du français en Corée : alors que très peu de Coréens maîtrisent cette langue, celle-ci fait partie du cursus d’un grand nombre d’étudiants, et la culture française conserve son prestige.

Dans l’esprit de nombreux Coréens, la France est synonyme de pays d’art, de culture et de luxe. Les références à la France en terme de littérature, de mode, d’arts plastiques… jusqu’à l’art culinaire, sont fréquentes.

Pourtant, la langue française concerne essentiellement le milieu institutionnel. Malgré l’intérêt qu’il suscite, son enseignement ne s’avère pratiquement jamais être à la hauteur des espérances des apprenants : ceux-ci souhaiteraient surtout la maîtrise de l’oral et l’accès à la culture du pays d’accueil.

Ce constat conduit à rechercher les possibilités d’un enseignement mieux adapté au contexte local.

On ne peut aborder le statut d’une langue étrangère dans un pays, sans évoquer au préalable le contexte général représenté par les traditions intellectuelles et culturelles, ainsi que le système de valeurs associé à ces traditions. Le bouddhisme et surtout le confucianisme ont marqué de leur empreinte la société coréenne, en particulier son système éducatif.

Par ailleurs, le statut du français ne peut s’établir qu’en relation avec les autres langues principales enseignées. La conception de la langue et de la culture par les Coréens eux-mêmes doit aussi être précisée, car elle influence leur attitude à l’égard des autres langues-cultures.

L’observation de ce contexte met en évidence la nécessité de dynamiser l’enseignement/apprentissage du français, ce qui entraînerait la valorisation de son statut. Cette valorisation devrait se donner trois objectifs :

-  améliorer la formation des enseignants ;

-  adapter les programmes aux besoins des apprenants ;

-  rendre plus efficace le soutien du gouvernement français.

Publicités

À propos de flecoree

Enseignant de Français à l'Université Konkuk et webmestre du blog des Acteurs du Français en Corée.

Publié le 18/04/2011, dans Didactique, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :